Projet Récoltes annuelles du miel

Le 20 Juillet 2014, un premier suivi des ruches a été effectué par les femmes apicultrices et le Coordonnateur de terrain. Cette visite avait comme objectif d’évaluer le niveau de colonisation (habitation) des ruches par les abeilles. Il a été remarqué que certaines ruches ont été désertées par ces dernières. Ce phénomène est expliqué par la présence de fourmis, de lézards. Par ailleurs certaines ruches sont placées dans des vergers peuplés d’anacardiers, alors que ces derniers avaient dépassé leur période de floraison. Tous ces facteurs ne favorisent pas la colonisation durable des ruches par les abeilles. Pour apporter des solutions à ces difficultés, l’expert en apiculture du GIE MAS a mené un suivi pendant la période du 24 au 30 Août 2014. Son travail consistait à évaluer l’état de peuplement des ruches, de protéger les ruches contre la pluie par la toile, d’identifier de nouveaux sites pour accélérer leur peuplement ou colonisation.

Durant cette période, la journée du 24 Août 2014 a été consacrée à une réunion de mise à niveau des bénéficiaires. Pendant cette rencontre, il a été révélé que le niveau de peuplement des ruches est trop faible. Cette situation est expliquée par les facteurs suivants : les ruches ont été placées en une période non propice à l’essaimage, une concentration des ruches au niveau des deux ruchers, les présences de prédateurs (fourmis, araignées, lézard, etc.) qui ne favorisent pas la présence des abeilles.

Après avoir décelé les difficultés, des stratégies ont été mises en place pour un bon suivi afin d’améliorer le niveau de colonisation/peuplement des ruches. Il s’est agi de constituer quatre (04) groupes pour effectuer des suivis réguliers toutes les deux semaines pour effectuer des visites sur les ruches. Le travail de chaque groupe consistera à suivre le développement des colonies et de vérifier les couvains.

Dans l’après-midi du premier jour, il a été question d’identifier d’autres sites propices, afin d’y déplacer les ruches non habitées. Un site a été trouvé au Nord-Ouest du village. Il s’agit de la périphérie du campement écotouristique « Fannabara ». Dans un premier temps, une discussion a été tenue avec les responsables du campement, pour avoir l’autorisation d’implanter les ruches dans les environs du site. Par ailleurs les débats ont également été axés sur les potentialités mellifères de la zone mais surtout sur l’engagement des femmes à peupler les ruches au niveau de ce site. Après prospection des endroits ont été identifiés pour abriter les ruches.

Le deuxième jour (25 Août 2014) a consisté à couvrir les ruches par la toile. Pour se faire, les ruches ont été  transférées du site de Mbarcolong vers le village par les femmes. C’est ainsi que des groupes de travail se sont constitués pour enfumer les ruches et mettre une toile sur les couvercles. Les ruches déjà habitées ont été laissées sur place.

Dans l’’après midi, une visite des deux sites situés à l’entrée du village, au niveau des champs d’anacardiers, a été effectuée. A ce niveau, il a été constaté le peuplement de trois ruches et une ruche habitée à quelques centaines de mètres placé dans un verger. Le restant des ruches qui étaient placées au niveau de ces deux sites ont été transférées au niveau du village pour être enfumées.

Le troisième et dernier jour (le 30 Août 2014) a fait l’objet de mise en place des supports et de l’installation des ruches sur le nouveau site de Fannabarra.

Après le placement des ruches, un système de suivi régulier des ruches a été mis en place. Il a consisté à mettre en place un registre de suivi pour chacun des deux groupes de 15 femmes. Le suivi se fait tous les quinze jours par les deux groupes et les résultats sont inscrits dans les registres en place. L’objectif de la mise en place de ces registres est de permettre au projet de détecter rapidement les avancées et les difficultés liées à la mise en œuvre des activités de l’apiculture, surtout au niveau des ruches. Ce qui permettra aux techniciens du GIE MAS de prendre en charge très tôt les problèmes survenus et signalés (Cf. Photo suivi, rapport suivi des activités apicoles).

A ce stade les ruches ont atteint un niveau de colonisation de 27%, soit huit (08) ruches habitées sur les trente (30) placées dans la mangrove. Quand les ruches auront atteint le niveau maximal d’habitation par les abeilles, une production totale moyenne de 900 kg est attendue à la fin du projet. Cependant vue les aléas climatiques et le retard de la colonisation des ruches, l’objectif visé pourrait ne pas atteint à 100%.

Construction et équipement d'une salle d'extraction de miel à Missirah.

 Les travaux de construction de l’unité d’extraction de miel démarré par l’entreprise « Un Toit A Toi », le 09 Juin 2014, ont été achevés. C’est ainsi que deux visites de travaux ont été effectuées. La première a eu lieu le 19 Septembre 2014, avec la participation de six représentantes des bénéficiaires, un de l’entreprise et Coordonnateur terrain du projet (Cf. Photo visite de chantier de l’unité d’extraction). Durant cette première visite,  il a ainsi été constaté que le bâtiment était composé d’une salle d’extraction, d’un magasin, d’une salle de stockage et d’une toilette avec WC. Ce travail a été positivement apprécié par les femmes ayant participé à la visite. La deuxième visite de fin de chantier a été organisée le 27 Septembre 2014, par un expert en apiculture du GIE MAS le représentant de l’entreprise et le Coordonnateur de terrain. Cette dernière visite avait comme objectif d’apprécier le travail de construction par rapport aux plans et normes établis pour une unité d’extraction de miel. De l’avis de l’expert du GIE MAS, le bâtiment a été construit conformément au plan architectural validé et aux normes d’une miellerie.