Projet Solidagro

Contexte 

Les pays de l’Afrique de l’Ouest sont généralement caractérisés par une économie basée sur l’agriculture 

et l’élevage, en particulier le Sénégal dont presque 70% de la population s’activent autour des ces secteurs.

Cependant, après des décennies de forte croissance démographique, de sécheresses, de politiques 

d’ajustement structurel, l’économie à base agricole du Sénégal est confrontée à des défis majeurs qui 

interpellent la puissance publique : la pauvreté et l’insécurité alimentaire. Le Sénégal enregistre en 2011, 

un taux de pauvreté élevé de 46,7 % au niveau national et de 69,3 % en milieu rural (Document de 

Politique Générale 2011). 

La Communauté Rurale de Toubacouta est située au Sud Est du Département de Foundiougne dans la 

région de Fatick. L’économie de la localité est principalement basée sur l’Agriculture, mais depuis 

quelques années on note une baisse des rendements ; due à diverses raisons : le manque 

d’infrastructures de production, l’insuffisance et la vétusté du matériel agricole, l’accès difficile aux 

semences et aux engrais, le manque d’encadrement des producteurs etc. A   ces contraintes agricoles 

s’ajoutent le manque d’hygiène de l’eau issue des puits villageois et d’assainissement dans les villages et 

les périmètres de culture ce qui a des conséquences néfastes sur la santé des populations.  

C’est pourquoi, le programme triennal (2014-2016) de sécurité alimentaire initié par la coopération belge 

à travers l’ONG SOLIDAGRO ex-Terre Nouvelle avec WAAME (West African Association for Marine 

Environment) et AJE (Action Jeunesse et Environnement) intervient dans 20 villages au Sénégal dans la 

Commune de Toubacouta (département de Foundiougne) et 36 villages en Gambie dans la localité de 

North Bank avec ADWAC (Agency for the Development of Women And Children) et NATC (Njawara 

Agricultural Training Centre). Un programme qui au Sénégal, a 03 volets principaux : le maraîchage, 

l’élevage et eau, hygiène et assainissement. L’alphabétisation et le plaidoyer sont inclus dans le 

programme avec pour ce dernier un thème sur l’accès à la terre aux femmes et aux jeunes.

Objectifs 

Le programme vise l’objectif spécifique suivant : augmenter la sécurité alimentaire de 56 communautés 

pauvres, avec des Organisations Communautaires de Base actives, dans la zone transfrontalière 

Sénégal/Nord-Gambie.

Les résultats attendus 

  •  La production agricole augmentée et diversifiée et les villages assainis ;
  •  Les capacités économiques des Organisations Communautaires de Base et l’engagement des populations en faveur de l’environnement renforcés;
  •  Les capacités institutionnelles des partenaires Sénégalais (AJE, WAAME) et Gambiens  (ADWAC, NATC), concernant l’exécution des programmes de sécurité alimentaire renforcées ;
  •  L’accès et le contrôle sur la terre productive pour les femmes et les jeunes améliorés.

Les villages d’intervention 

WAAME : Bamako, Batamar, Dassilamé Socé, Diaglé, Dielmo, Keur Aliou Guèye, Keur Babou Diouf, 

Mansanrinko, Néma Nding et Sadio Salla

AJE : Dassilamé Sérère, Firdaossi, Diambang, Némah Bah, Ndoumboudji, Sangako, Santamba, 

Soucouta, Santhie Berra et Toubacouta 

Cout du programme WAAME SOLIDAGRO : 130 361 820 francs CFA