Zoom sur L’ASSAINISSEMENT

De Janvier 2010 au mois de Juillet 2012, le projet USAID/WAAME « Un toit, une latrine dans les villages insulaires de Delta du Saloum » a permis d’améliorer les conditions sanitaires et environnementales des populations des îles du Saloum, contribuant ainsi aux efforts du Gouvernement du Sénégal à l’amélioration du taux d’accès aux services d’assainissement,

Grâce au projet, 4 000 personnes (soit 10 par latrine) ont eu accès aux infrastructures d’assainissement  individuel (400 latrines + douches). Ce qui a entraîné l’augmentation du taux d’accès à l’assainissement, d’au moins 8 % au niveau de 19 villages insulaires du Delta du Saloum. Ces villages font partie des Communautés rurales de Toubacouta, Dionewar, Bassoul et Djirnda dans le département de Foundiougne (région de Fatick)

Dans le cadre de l’exécution du projet, surtout dans l’objectif de pérennisation des bonnes pratiques d’hygiène et d’assainissement, il a été mis en place 20 comités de gestion (COGES), formés et opérationnels. En outre, 40 maçons locaux ont été formés en technique de construction des latrines et 20 relais communautaires aux outils SARAR/PHAST, en IEC d’hygiène et d’assainissement. Ce qui a facilité la sensibilisation de 15 000 personnes sur les bonnes pratiques à adopter. Partant, cela a réduit du coup le taux de maladies diarrhéiques d’environ 5 %.

Ce projet qui a été accompagné d’une mobilisation sociale pour le changement de comportement des populations locales en matière d’hygiène et d’assainissement.

Pour mener à bien le projet, des enquêtes ont été réalisées dans 167 ménages sur les 400 ménages bénéficiaires des 19 villages concernés. Et les données collectées ont fait l’objet  de traitement et d’analyse pour dégager les indicateurs ou les points clés du processus de changement de comportement.

Le Projet a également élaboré un Plan IEC (Information, Education, Communication) en direction des différents groupes cibles. C’est le cas des bénéficiaires et non bénéficiaires, des acteurs devant agir directement sur eux mais aussi de toutes ces personnes qui peuvent influencer les bénéficiaires. Des comités de gestions sont mis en place dans tous les villages ciblés par le projet. Ce sont ces comités qui ont, entre autres, sélectionné les relais communautaires et les maçons, veillé au bon déroulement des travaux de construction, mobilisé la contribution des bénéficiaires qui est de 10 000 francs CFA/ménage.

Des sessions de formation envers les cibles (la communauté, les ménages et les élèves) ont concernées la promotion de l’utilisation et de  l’entretien des latrines mais aussi de la promotion du lavage des mains au savon.

Ces trois axes d’éducation des populations sont liés aux attitudes que les populations ont évoquées lors de l’évaluation participative, comme faisant l’objet de changement de comportement.

Ainsi, les jeux concours comme la communication de masse à travers la radio et le théâtre ont accompagné et renforcé les processus locaux de changement de comportement des populations, en matière d’hygiène et d’assainissement. Des protocoles ont été signés entre le projet USAID/WAAME et deux radios communautaires, Niombato FM de Soucouta (Communauté rurale de Toubacouta) et Gandoul FM de Niodior (Communauté rurale de Dionewar), pour la diffusion des spots et des émissions sur les bonnes pratiques d’hygiène et d’assainissement. Dans la même perspective, la radio Sud FM, a couvert la formation des relais communautaires et des COGES, sur l’IEC en hygiène et assainissement, Gestion des boues de vidange et des eaux usées ainsi qu’en Entretien et Maintenance des infrastructures. 

Parmi les éléments ayant également contribué à la sensibilisation des populations sur l’utilisation de latrine et le lavage des mains au savon, on peut citer : les affiches, les tee-shirts et les casquettes, les autocollants, les panneaux publicitaires et le film sur le projet.

La réalisation du projet a également reposé sur les visites à domicile, les causeries et sketchs dans les écoles. Avec comme thématique : l’utilisation et l’entretien des latrines et le lavage des mains au savon ; mais aussi la conservation et le traitement de l’eau ainsi que l’hygiène de l’habitat et la gestion des ordures ménagères.

Tout ceci fait que le projet a eu des impacts sanitaires, mais aussi sociaux, économiques et environnementaux positifs dans les ménages bénéficiaires et dans leurs villages, surtout avec un changement de comportement en hygiène et en assainissement.

Depuis ces deux dernières décennies, les villages insulaires de Delta du Saloum étaient les foyers des maladies diarrhéiques ; notamment le cholera, la diarrhée et la dysenterie qui étaient presque endémiques dans certains villages. Plusieurs cas de décès ont endeuillés de nombreux ménages des villages insulaires de Delta du Saloum. C’est dans ce contexte que WAAME est intervenu avec l’appui financier de l’USAID, pour la construction des quatre cents (400) latrines.

Après une bonne information des autorités locales (Chefs de villages, Présidents de Communautés rurales, Conseillers ruraux et Notables), sur les enjeux et les objectifs du projet, les autorités locales ont cheminé main dans la main avec les Comités de gestion, les maçons et les relais communautaires pour la promotion des latrines et le changement de comportement. 

Les principales leçons apprises tout au long de la mise en œuvre du projet USAID/WAAME est qu’il faut maintenir la latrine à faible coût, que les populations se sont approprié des infrastructures d’assainissement et qu’il faut poursuivre un partenariat dynamique avec les acteurs locaux pour un changement de comportement durable.

 

Commentaires

Notre Mission

appuyer les populations et décideurs à la prise en charge de l’environnement marin dans la perspective du développement durable

Elle consiste à instaurer une dynamique d’autogestion des problèmes d’environnement et de développement par les populations locales des zones côtières et marines en Afrique de l’ouest.

Lire la suite